5 séries à regarder pendant les vacances

…. sur Netflix de préférence.
tumblr_ny3dssjc7w1rexo9wo1_500

Des séries j’en consomme à la pelle, mais rares sont celle que je termine et apprécie réellement! pour éviter les redites des sempiternelles breaking bad, GOT et How I meet your mother (qui sont super, mais pas vraiment des découvertes), je vais essayer de vous faire découvrir des séries un peu moins connues(quoi que), mais toutes aussi addictives.

1. Twin Peaks

twin-peaks

L’histoire : Un meurtre a été commis à Twin Peaks, une petite bourgade de l’Etat de Washington en apparence tranquille. La jeune Laura Palmer est retrouvée morte nue au bord d’un lac, enveloppée dans du plastique. L’agent spécial du FBI, Dale Cooper, envoyé sur place pour démasquer le coupable, mène l’enquête avec le soutien du shérif local, Harry Truman. Ces investigations les amènent à révéler au grand jour les sombres secrets des uns et des autres. Pendant ce temps, d’inquiétants phénomènes se produisent…

Mon avis?  Mais qui a tué Laura Palmer? J’ai redécouvert cette vieille série réalisée par le célèbre David Linch. Que ce soit l’atmosphère irréelle et envoûtante, l’esthétisme des images ou encore la musique entêtante, cette série est un parfait ovni que j’adore !  Humour absurde, personnages déjantés et charismatiques ainsi qu’une saisissante enquête sont au programme. Une série complètement inattendue (surtout les cinq dernières minutes, mais je n’en dis pas plus) qui n’a pas pris une ride et qui vaut le coup d’œil.

2. Downtown Abbey

downton-abbey-season-5-signature-image

L’histoire : Les héritiers de Downton Abbey ayant péri lors du naufrage du Titanic, la famille Crawley se retrouve dans une position délicate, les trois descendantes ne pouvant prétendre au titre de Lord Grantham. Or, le titre, le domaine et la fortune de la famille sont indissociables. Matthew Crawley, nouveau successeur et lointain cousin, arrive à Downton Abbey. Il y découvre un style de vie nouveau, avec des règles très strictes qui régissent la vie entre aristocrates et serviteurs.

Mon avis ? Downtown abbey est une série brillante qui retrace le quotidien des l’aristocratie anglaise du début du 20e siècle. Mais là où la série devient géniale c’est qu’elle ne se contente pas de suivre cette couche de la société mais va suivre également la vie de leurs domestiques. Leurs vies parallèles qui souvent s’entremêlent donne lieu à beaucoup d’émotions. Par contre je vous le dis d’avance, sortez vos mouchoirs! Les costumes et les décors sont splendides et les acteurs portent à merveille leurs rôles respectifs.  Je recommande aussi les épisodes additionnels de Noël qui nous plongent dans l’ambiance magique et luxueuse de la famille en plein hiver.

3. Brooklin nine nine

brooklyn-99

L’histoire: La vie au sein du commissariat de police de Brooklyn n’est pas de tout repos : une pléiade d’inspecteurs un poil loufoques doivent jongler entre leur mission de protéger et servir les habitants de la ville, leur vie personnelle et surtout celle du bureau.

Mon avis? J’ai enfin retrouvé une série « comique » qui me fasse vraiment rire aux éclats. Créée par des anciens scénaristes de The Office et Parks and Recreation (deux séries que je vous recommande aussi).  Je n’ai vu pour le  moment que la saison 1, à voir si cela ne s’essouffle pas par la suite ou devienne redondant. Les personnages sont plus loufoques les uns que les autres et mènent leurs enquêtes de manière … particulière! Humour efficace, scénarios bien écrits et acteurs très drôles, une série à voir pour passer un très bon moment. Par contre je ne réponds plus de rien si vous ne regardez pas en VO, pas sur que les punchlines soient aussi bonnes une fois traduites en français (La VO c’est mon petit snobisme, je sais).

4. Master of none

master-of-none

L’histoire : Le quotidien de Dev, un acteur new-yorkais de 30 ans, qui a plus de mal à se décider sur ce qu’il veut manger que la direction à donner à sa vie. Ambitieux, drôle et cinéphile, il est à la fois très centré sur son propre bien-être et attaché à des sujets divers et variés tels que la situation critique des personnes âgées, le sort des immigrants et comment dénicher les pâtes les plus délicieuses pour le dîner.

Mon avis : Gros, gros, gros coup de coeur pour cette série. Créée et interprétée par Aziz Ansari, on suit le quotidien d’un jeune New Yorkais trentenaires un peu paumé et de sa bande d’amis, un fils d’immigré chinois, un géant un peu niais et une afro-américaine gay. Bien que le synopsis semble banal, chaque épisode est l’occasion de développer une réflexion subtilement calibrée sur la société qui nous entoure : racisme, amour, féminisme, conflit de générations… Chaque problématique donne lieu a un épisode unique réalisé sur le modèle de l’actuel cinéma indépendant américain. Humour, réflexion et émotions sont évidemment au rendez-vous dans cette série parfaitement réalisée.

5. Girls

20473421.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

L’histoire : L’entrée dans la vie active de quatre jeunes filles d’une vingtaine d’années, de leurs humiliations à leurs rares triomphes. Hannah, l’éternelle stagiaire, rêve de devenir écrivain ; Marnie, sexy et un peu garce sur les bords, ne manque pas d’ambition; Jessa, hippie dans l’âme, aimerait gagner sa vie de son art et Shoshanna, la très naïve cousine de Jessa….

Mon avis: Seule série de ma sélection que vous ne trouverez pas sur Netflix. Inspirée par sa propre vie, Lena Dunham réalise une série très réaliste et peut être un peu trash (scène crue, personnages non « conformes » physique à ce qu’on a l’habitude de voir, zéro pudeur) qui touchera sans doute plus les filles dans la vingtaine que le reste du public. Je suis pile dans la cible et je dois bien avouer que j’ai adoré. Je me retrouve dans chacune des héroïnes, dans leur folie, leurs déceptions et leurs questionnements quotidiens. Loin d’être une série cul-cul et superficielle pour filles, au contraire, je la vois plutôt comme une satire sociale sur les démons qui hantent la jeune génération de mon âge.

Et vous, quelles sont vos séries du moment?

Maintenir la cadence sportive pendant les vacances de Noël

Qui dit Noël dit nourriture (beaucoup), famille et repos. Pas vraiment de place pour le sport et la remise en forme physique. Pourtant, face à tous ces excès (qui ne font de mal à personne, soyons bien d’accord!) l’idéal serait de concilier la pratique sportive avec l’opulence des fêtes de fin d’année.

d242050cabc1775791022174a42feef7
Nike et ses sérigraphies motivantes (image trouvée ici)

S’engager dans un chalenge sportif : pour les coureuses, occasionnelles ou non, il existe des challenges toute l’année qui visent à maintenir une bonne pratique de cette discipline mais aussi à se dépasser un peu plus. Plutôt solitaire, j’ai décidé pour la première fois de participer au challenge lancé par la blogueuse Anne Dubndidu consistant à réaliser 7 sorties running entre le 21 décembre et le 03 janvier dont l’une devra obligatoirement être effectuée soit le 25 décembre soit le 1er janvier (plus d’informations sur son blog). Se fixer un objectif à court terme est une véritable source de motivation qui, je l’espère, me permettra de passer l’hiver sans voir mon niveau baisser! Je ne peux que vous encourager à vous y mettre aussi 🙂

 

Demander un nouvel équipement sportif au père Noël : quoi de plus motivant qu’un nouveau legging ou une nouvelle paire de basket? Cela semble futile, mais pour moi c’est important et même stimulant d’avoir de beaux habits de sport, coordonnés et de qualité pour aller à la salle de sport ou quelque soit l’endroit ou je cours. Mais si vous avez bien assez de fringues, pourquoi ne pas demander des accessoires utiles comme une montre connectée/cardiofréquencemètre, de nouveaux écouteurs sportifs ou encore un beau tapis de yoga pour remplacer celui à 2 euros acheté chez décathlon qui tombe en lambeaux (je parle de moi? non non 😉 ) ?

Se lancer dans de nouvelles disciplines : la performance sportive n’est pas votre objectif pour ces vacances mais vous souhaitez quand même vous bouger un peu? pourquoi ne pas essayer de nouveau sports ? les cours d’initiation au Yoga, Pilates ou encore se remettre à la piscine (quelle  sensation satisfaisante que de sortir de la piscine dans la fraicheur de l’hiver avec la fatigue saine d’une bonne séance de natation). Pour le Yoga et le Pilates, de nombreuses vidéos pour débutants sont facilement trouvables sur internet. Mes youtubeurs préférés : Yoga with Adriene ;Kino Yoga  ; les fitness masterclass de l’excellente Lucile Woodward (ici un cours de pilates pour débutants) ou encore des cours complets piochés sur youtube.

Mettre à jour sa playlist sportive ou inviter des amis à nous rejoindre : cela semble tout bête mais on ne prend jamais le temps d’ajouter/supprimer/réordonner notre playlist qui pourtant nous accompagne dès le moindre effort physique. C’est le moment de remettre du neuf dans tout ça! Si c’est la solitude qui rend les séances de sport pénibles, pourquoi ne pas demander à quelqu’un de nous accompagner? Mes performances running n’ont jamais été aussi bonne que lorsque j’étais accompagnée. Le temps passe plus vite (bon d’accord, je suis un peu bavarde) et l’effort semble diminué d’autant.

J’espère que ces quelques astuces vous aideront à continuer de pratiquer votre sport pendant les vacances de Noël, semées d’embuches (bûches de noël, tu là tiens? ahah) gustative et de procrastination intense 🙂

Quelles sont vos astuces pour garder une pratique sportive efficace même pendant les vacances?

 

Mes films préférés pour Noël !

     Bon j’avoue, quand Noël arrive avec le froid ( en ce moment pour le froid on repassera) je deviens fleur bleue et j’affectionne les soirée et les long dimanche passés devant un bon film romantique ou de Noël (ou les deux) ! Je chauffe de l’eau pour un bon thé brulant, j’enfile mon pyjama tout doux en pilou et je me prépare quelques douceurs et c’est parti pour 2h de détente. Rien de bien original, ce sont essentiellement mes films « doudou »que j’aime à regarder l’hiver pour leur belle ambiance.
J’espère pouvoir vous en faire découvrir quelques uns et que vous me partagerez les vôtres !

Love actually

tumblr_my28jzVqpV1s9zhgio5_250
LA comédie romantique ultime !

Il était temps

tumblr_npbn5ly1zW1sq6hlso1_500

Parce que Richard Curtis, l’ambiance anglaise et le soupçon de fantastique parfaitement dosé

PS, I love you

tumblr_mwfbpu3zPM1smap2fo1_500

Parce que je suis tellement romantique en cette période de l’année…

 Across the universe

tumblr_mipmf5v8vJ1qdch5uo1_500
Parce que les Beatles, l’Amour et Jim sturgess ❤

La saga Harry Potter

tumblr_myb0v6ZSno1skswjlo1_500
Harry Potter quoi, faut il ajouter quelque chose?

Crazy stupid love

tumblr_m8lzwhJXi41r81wtbo1_500

Parce qu’il est romantique, drôle et qu’il me donnerait presque envie de voir Dirty Dancing

L’étrange noël de monsieur jack

tumblr_mb9atn6XCB1qgcra2o1_500
Et même tous les films de Burton pour leur ambiance féérique délicieusement bizarroïde

Partagez moi votre liste d’incontournables de la saison!

Le challenge de la recherche d’emploi

Oui, je vais lâcher le mot, je suis chômeuse. Oui mais attention, une chômeuse qui ne touchera pas d’indemnité, qui n’a jamais vraiment travaillé (parce que des stages, c’est pas du travail, hein, la preuve on est payé une misère), une jeune diplômée quoi ! Je ne vais pas parler aujourd’hui des offres d’emplois et de stages aberrantes (recherche jeune diplômé avec 10 ans d’expérience pour un salaire de merde…) mais plutôt me concentrer sur le challenge que représente moralement cette période pas très marrante, un véritable ascenseur émotionnel. retour sur mes erreurs pour lesquelles j’essaye de trouver des solutions afin de rester positive. Discutons-en.

Au début, tout le monde m’a dit que parler 3 langues, avoir un bac+5 dans une filière universitaire encore plus ou moins respectée et une première expérience de stage fructueuse me permettrait de trouver un emploi facilement, pas plus de 2 ou 3 mois. Bon alleeer, maximum tu trouveras en janvier. OK. En attendant, je me suis rendu compte que la recherche d’emploi était bien plus un travail sur soi-même qu’une démarche de séduction de l’employeur.

J’entame actuellement mon 4eme mois de recherche et autant dire que je ne vois pour l’instant aucune issue heureuse. Je suis passée par plusieurs phases : détermination (le 1er mois), la déprime(le 2nd mois), le déni(après le premier entretien négatif), la remotivation (après une convocation pour un entretien) et maintenant le dépit (après un nombre affolant de CV envoyés et restés sans réponse(même négative)). Rien que ça. En quatre mois oui oui. Et la remise en question perpétuelle : dois-je me concentrer sur des offres qui me plaisent sincèrement? Dois-je m’ouvrir à des boulots moins intéressants? Dois-je vendre mon âme pour une société dont je ne respecte pas les valeurs ? (non)

tumblr_lpox91S6gB1qclt3z
Après une journée de recherche d’annonces, de réécriture de CV et d’espoirs…

Le plus difficile c’est l’attente. Souvent pour rien puisqu’un bon nombre d’entreprises (ou même d’administration, j’suis pas sectaire) ne prennent pas la peine de répondre à ses candidats, même après relance(s). Aujourd’hui je me retrouve à un point où je suis heureuse de recevoir une réponse négative. J’ai au moins l’impression d’exister.

À cette attendre, s’ajoutent le manque de confiance, et la dévalorisation qu’entraîne le chômage. J’ai naturellement peu confiance en moi, c’est d’autant plus vrai que je dois, de surcroît, être victime d’un petit syndrome de l’imposteur qui ne doit pas m’aider à être convaincante (à ce sujet, je vous conseille cet article de Madmoizelle, en fait je vous conseille tout le site de Madmoizelle, je les aime ces madmoizelles ❤ ). J’ai quelques amis de promo qui ont su tout de suite trouver du travail, rebondir et s’épanouir. Je les envie beaucoup, bien que je sois très heureuse pour eux! Mais à cause d’eux impossible de ne pas me dire que je suis nulle, incapable de faire la même chose et bonne à rien… j’ai beau chercher à voir où est le problème et le manque de confiance en moi semble être un début de réponse.

Pour ne pas devenir folle et sombrer dans la dépression pure et simple (car oui, je pense que dans ce type de situation on est très fragile mentalement) j’ai revu et corrigé l’organisation de mes activités quotidiennes. En effet, lors de mes premières semaines de recherches, je passais des heures et des heures scotchée à mon ordinateur à taper des lettres de motivation, chercher des offres et prospecter des informations sur les entreprises. JE NE PENSAIS QU’À ÇA et je ne prenais le temps pour rien d’autre!! Grave erreur. Ça m’a vite rendue folle. J’ai donc revu mon emploi du temps en m’imposant des moments d’activités qui me changeraient les idées : ma soudaine motivation pour le sport n’est pas anodine, je me suis également lancée dans des DIY qui me faisaient de l’œil depuis des années. J’ai trouvé un petit job qui me fait plaisir (tout petit, pour ne pas empiéter sur ma recherche de l’emploi rêvé) (en l’occurrence je donne chaque semaine des cours de soutien scolaire).

Ma grande erreur à été de me replier sur moi même. De retour au foyer familial, j’ai perdu contact avec mes amis. Ne souhaitant pas les embêter avec mes histoires de chômeuse et aussi parce que j’avais l’impression de n’avoir rien d’intéressant à leur dire j’ai préféré ne donner aucune nouvelle(peut-être aussi parce qu’ils sont dans la même situation que moi et que je ne voulais pas plomber aussi leur moral). Avec du recul je regrette car j’ai d’excellents amis qui m’en ont voulu de n’avoir pas partagé mon mal être (rassurez-vous, aujourd’hui ma vie sociale est redevenue parfaitement normale).

En fait, j’ai fait l’erreur de résumer le chômage comme une période d’inactivité pour laquelle il faut consacrer 100% de son temps pour y remédier.

Aujourd’hui, malgré cette situation qui me pèse et l’attente toujours plus pénible, je refuse le fatalisme et projette de partir vivre à l’étranger dans un futur proche. Aller voir ailleurs si c’est mieux, c’est peut-être fuir la réalité, c’est peut-être fuir la France qui ne m’a pas donné la chance de travailler pour elle, mais c’est surtout l’occasion pour moi de repartir sur de nouvelles bases. Une nouvelle aventure pour une nouvelle vie!

Si vous aussi vous avez traversé ou vous traversez actuellement cette situation, je suis curieuse de savoir comment vous l’avez géré !

Le sport et moi, une belle histoire

6c99fdba691e45358bca39a89ca649c1
Aujourd’hui je me concentre sur mes motivations (image ici)

Holà muchachas !

Me revoici pour un article un peu plus personnel. Suite à mon petit coup de mou du mois de novembre, j’ai retrouvé une motivation d’enfer pour le sport et je suis particulièrement heureuse de m’y tenir car cette pratique ne m’apporte que du positif 🙂

Le sport, j’ai toujours plus ou moins aimé ça. Plutôt bonne à l’école dans les sports collectifs, j’ai également suivi des cours de danse contemporaine pendant de nombreuses années et allais régulièrement en famille à la piscine. Disons qu’au lycée, j’ai un peu délaissé tout ça pour mieux reprendre lors de ma première année universitaire. Arrivée à la fac, j’ai décidé de me mettre à la course à pied. Sans vraiment devenir une acharnée, j’enfilais mes baskets 3 à 4 fois par mois et je continuais mes séances hebdomadaires de natation (que je loupais assez régulièrement pour faire la fête hem hem). Ma pratique a toujours été un plaisir, au fil des années mes motivations ont changé et reflètent mon état d’esprit du moment.

  • Sport et gestion du poids

Puis j’ai fait une année Erasmus (dans un pays plutôt festif et qui aime le gras). Comment vous dire… Enchaîner la fiesta, la nourriture et le rythme de vie complètement décousu m’a rapidement fait prendre du poids et, accompagnée d’une de mes copines, je me suis inscrite pour la première fois à une super salle de sport dans ce nouveau pays d’accueil. Comme la vie là-bas est beaucoup moins chère qu’ici, c’était vraiment une salle de luxe (en tout cas je n’ai jamais retrouvé l’équivalent à un prix raisonnable) avec cours Les Mills à profusion, piscine, spa et coachs canons à volonté ! Bref, j’ai plutôt bien rentabilisé mon abonnement et sauvé les dégâts de cette année à l’étranger (je ne suis revenue qu’avec 3 kilos supplémentaires, ce qui est plutôt satisfaisant). À cette époque, j’aimais le côté ludique des cours collectifs et j’avais essentiellement pour objectif de, sinon perdre, maintenir mon corps à un certain niveau de forme.

  • Sport et gestion du stress

Une nouvelle année commençait, dans une nouvelle ville et avec des enjeux beaucoup plus importants « universitairement » parlant. Et là, le bon gros stress est intervenu. Je stressais, je mangeais. Je me suis donc réinscrite très rapidement à salle de sport du coin. Keep cool est devenue ma bouffée d’oxygène pendant ces deux années d’intense travail. Parallèlement à cela, je me suis remise à la course à pied et au fitness (j’avais la chance d’avoir une autre amie passionnée de fitness qui me faisait faire des cours en extérieur qui me pulvérisaient le fessier d’efficacité). On peut le dire, je dépensais toute mon anxiété par une utilisation intensive des machines cardio. Je téléchargeais un bon podcast (en tête, l’émission « l’heure du crime » sur RTL, oui oui oui….) et c’était parti pour transpirer un bon coup et ne penser à rien.
Tout ce que disaient ces articles heathy était donc vrai, le sport permet d’évacuer le stress. En effet, l’activité physique entraine la  production d’hormones de bien être appelées « endorphines » permettant d’abaisser le degré d’anxiété, de se sentir mieux et d’améliorer la qualité du sommeil. En parallèle, le cerveau libère aussi de la dopamine (oui oui, le même truc que les drogues) qui explique et provoque cet état  bien connu de plénitude et d’euphorie ressenti à la fin d’une séance.

En gros, j’ai continué cette habitude pendant longtemps, en allant 3 à 4 fois par semaine m’enquiller un bon shot de sport. Et ça m’allait très bien puisque cela me procurait énormément de plaisir et, je m’en rend compte avec du recul, m’a permis de tenir le coup de ce rythme éreintant. J’avais besoin de ce sentiment de tout contrôler/gérer et j’avais la satisfaction d’au moins contrôler mon corps.

  • Sport et sociabilité

Dernièrement (avec le chômage toussa toussa , faut vraiment que j’écrive un article là-dessus) j’ai trouvé de nouveaux avantages à ma pratique sportive. Seule et isolée à cause de ma situation professionnelle, je me suis encore inscrite dans une nouvelle salle. Cette fois-ci, point d’enseigne nationalement reconnue, mais une toute petite salle de sport indépendante, avec quelques machines cardio et une majorité d’engins de tortures adapté à la musculation. Si ma première séance s’est avérée calamiteuse par un manque de connaissances de chaque machine, j’ai rapidement pris beaucoup de plaisir à m’y rendre plusieurs fois par semaine. Je me suis rendue compte que la musculation était un excellent moyen de rencontrer de nouvelles personnes. Et je peux vous assurer, quand on tourne en rond chez soi, qu’on ne rencontre plus de nouvelles personnes pendant une durée indéterminée, ça fait beaucoup de bien! D’autant plus que les résultats physiques sont bluffants. Moi qui ne jurais que par le cardio (je reste toujours une adepte) me voici complètement convertie.

De plus, pratiquer la musculation ou le renforcement musculaire demande un excellent mental et on trouve rapidement du soutien de la part des habitués. J’y ai découvert un univers basé sur l’entraide et le respect, personne ne te juge quel que soit ton niveau (c’est pour le moins le cas là ou je vais).

c2740b57379616eeb72ce5f85d1e4c16
Mon état d’esprit du moment (image trouvée ici)

Aujourd’hui, je suis doublement satisfaite d’aller à la salle puisqu’en plus de me dépenser, même si parfois j’ai la flemme, j’y retrouve de nouveaux amis qui me boost et me conseillent toujours avec plaisir et je me créé un corps canon. Et ça, c’est tout bon pour moi 🙂

Et vous, quelles sont vos bonnes raisons de faire du sport?

Une routine visage 100% naturelle : je me suis mise aux soins naturels

                   C’est un fait, j’ai toujours eu de l’acné. Depuis mes 12 ans j’ai une peau pourrie. Aujourd’hui j’en ai 24 et je m’y suis habituée tant bien que mal. Pour être précise, j’ai une peau grasse à (grosse) tendance acnéique. Si au début on pouvait attribuer tous ces boutons au cycle normal adolescent, désormais je peux clairement parler d’un dérèglement hormonal (mon acné est essentiellement située sur le menton et la mâchoire de type inflammatoire). Pendant de nombreuses années je suis allée voir dermatologues, médecins et autres esthéticiennes afin de traiter et soigner mon acné qui me contrariait énormément.  Et je pèse mes mots. En fait j’étais littéralement complexée et je n’osait même pas me regarder dans le miroir. J’ai également toujours été très précautionneuse quand aux produits de soin que j’utilisais sur mon visage : crème avène ou équivalent, démaquillage et nettoyage du visage quotidien. Ayant eu de mauvaises expériences avec des produits prescrits par un dermato qui m’avait brulés le visage, je me méfie.Par contre très tôt j’ai pris la mauvaise habitude de tripoter mes boutons, ce qui n’a pas aider à améliorer l’état de ma peau (et de mes cicatrices…). Ces années de complexes se sont traduites par des coiffures désastreuses (paye ton allure grunge avec les cheveux devant la figure qui exaspérait mes grands mères à 14 ans) ou du maquillage un peu trop prononcé (paye ton naturel et ton budget fond de teint couvrant à 18) et surtout,  une fixette permanente sur l’état de mon visage.

Avec l’âge et la maturité j’ai appris à accepter ces défauts et j’ai effectué des recherches approfondies pour traiter le problème en douceur. J’ai banni dans un premier tant le tabac, la malbouffe et les produits de beauté de mauvaise qualité ou comédogènes (bon hein je suis pas parfaite non plus, dès fois je me laisse tenter par tout ça, mais cela reste très occasionnel). Ne voyant aucun résultat probant avec l’utilisation de crèmes plus chères et sensée être plus efficaces les unes que les autres j’ai décidé de changer drastiquement de routine visage. Depuis quelques semaines je me suis lancée dans une routine 100% naturelle et la plus simple possible. Après d’intenses recherches sur le net et surtout sur le site d’Aroma Zone (leader de la cosmétique naturelle sur internet et dont les fiches produits sont particulièrement bien faites), j’ai investi dans quelques basiques qui constituent l’essentiel de mes soins du visage et dont, Oh surprise, je suis plutôt satisfaite 🙂 .

P1000191
Portrait de famille
  • Mes huiles végétales

L’huile de Jojoba : Cette huile est ma préférée. À la fois crème de jour, crème de nuit et démaquillant elle convient à tous les types de peau. Cette huile hydrate en profondeur tout en régulant l’excès de sébum. J’ai même lu qu’elle faisait des miracles sur les cheveux et qu’elle pouvait parfaitement hydrater le corps entier. J’ai personnellement enrichie la mienne de quelques gouttes d’huile essentielle

P1000202
je vous conseille d’acheter la pompe adaptable sinon vous mettrez de l’huile partout

de lavande, de romarin et de tea tree afin de favoriser le traitement de mes boutons au quotidien. Attention, quelques gouttes suffises, l’idée n’est pas de bruler sa peau par l’excès d’huiles essentielles (et surtout, il faut toujours préalablement tester les huiles essentielles sur une petite partie de sa peau pour vérifier sa tolérance).

 

L’huile de nigelle : Plus spécifique aux besoins de ma peau acnéique, l’huile de nigelle est connue pour ses vertus purifiantes. Cicatrisante et anti-infectieuse, je n’utilise pas quotidiennement cette huile très puissante, mais plutôt à raison de 4 ou 5 soirs par semaine à la place de l’huile de jojoba. Honnêtement, je la trouve très efficace, je me réveille le lendemain  avec la peau apaisée et sans nouvelle apparition saugrenue de bouton.

  • Mes huiles essentielles

Indispensables à cette routine mais à utiliser avec parcimonie. Je jongle entre 3 huiles essentielles. Encore une fois, je tiens a répéter qu’il faut toujours préalablement tester sur une partie de son corps (une goutte dans le creux du bras 24h avant utilisation est suffisant) car les huiles essentielles peuvent être allergènes.

P1000192
Les trois grâces

L’huile essentielle de Tea tree : LA référence en matière de traitement de l’acné, c’est aussi mon huile essentielle préférée. Je l’utilise localement à l’aide d’un coton tige dès qu’un nouveau bouton apparait. Cela permet de le désinfecter (c’est un antibactérien) et de le faire dégonfler très rapidement. Et puis j’aime bien l’odeur, ça sent le propre. Je l’ai également utilisée pour mon acné du dos(légère mais persistante quand même), les résultats sont bluffants.

L’huile essentielle de lavande : Également connue pour sont efficacité  contre l’acné, je l’ai choisie pour ses vertus cicatrisantes. En effet, si les boutons son moins nombreux, je lutte désormais contre les taches de cicatrices. Celles ci sont tenaces et pour l’instant je ne peux pas parler d’une grande amélioration. Mais c’est encore trop tôt pour poser un jugement. Je n’utilise pas cette huile essentielle localement, mais diluée dans mon huile de jojoba. En tout cas, la lavande est réputée pour ses vertus apaisantes, cicatrisante, antibactérienne et antiseptiques. Plus encore,  elle régule la production de sébum. Que bon pour ma peau et surtout pour éviter l’aspect luisant de ma peau grasse dans la journée.

L’huile essentielle de romarin : également utilisée diluée (et heureusement car je n’apprécie pas du tout son odeur!), cette huile est connue pour ses propriété revitalisantes puisqu’elle favorise grandement la cicatrisation.

=> Petit conseil pour les sportives : vous pouvez mélanger un peu d’huile essentielle de romarin avec de l’huile essentielle de lavande (50/50) pour masser et soulager vos douleurs musculaires !

  • Hydrolat de Tea tree

Comme je vous le disais, j’adore l’odeur du Tea tree (bien que ce s

P1000204
Mon hydrolat bien aimé

oit une odeur particulière), c’est pourquoi je l’ai également commandé. Les hydrolats correspondent à l’eau d’évaporation  obtenue lors de la distillation d’une plate pour l’obtention d’une huile essentielle. Extrêmement doux, ces produits sont utilisé comme tonique et lotion pour le corps et le visage. Moi je l’utilise au réveil en coup de fouet et le soir, après mon démaquillage pour enlever toute trace d’eau sur mon visage. Il s’agit plus d’un geste « plaisir » que d’un réel soin, mais il s’est totalement intégré dans ma routine!

 

Ma routine se résume donc essentiellement à 3 produits : démaquillage et hydratation de la peau avec de l’huile végétale et traitement cutanée avec les huiles essentielles, et utilisation d’un hydrolat pour le plaisir et la fraicheur qu’il me procure.

Verdict? Ma peau est toujours très loin d’être parfaite et ne le sera sans doute jamais. Mais après un mois d’utilisation je retrouve ma peau beaucoup plus apaisée et moins sensible aux agressions extérieures. Ce qui est plutôt encourageant et qui m’incite à continuer sur cette voie!

Cela dit, je reste débutante en matière de cosmétiques naturels et je serais ravie d’entendre vos conseils et vos expériences en la matière!

Comment garder la forme cet hiver ?

a731949c9bdbf53e33f8bd02ad8a5876

            Les jours qui raccourcissent, le manque de lumière et la fatigue de l’année qui s’accumule sont autant de causes pour une petite déprime saisonnière. Cela se traduit par de la fatigue physique, un moral quelque peu irritable et surtout une motivation au plus bas.

Pour moi, cet hiver est plus dur que les autres, je vous le répète sans arrêt mais je suis au chômage, et qui dit chômage dit inactivité, solitude et déprime. L’hiver arrivant et le soleil se couchant désespérément tôt j’ai eu le moral dans les chaussettes pendant un petit moment (comme vous avez pu le voir ici). Heureusement je me suis vite rendu compte de la situation et je me suis rapidement reprise en main grâce notamment aux bons conseils de nombreux proches, blogueuses et comptes instagram inspirants. J’ai pu en tirer quelques astuces et habitudes que j’ai appliqué sur moi-même et qui se sont avérées très efficaces 🙂

  •  Restez actif !

C’est pas parce qu’il fait froid qu’il faut arrêter le sport. Bien au contraire, le sport sécrète des endorphines qui provoquent un bien-être physique et mental bienvenu en cette période. Bon d’accord, en extérieur dur dur de se motiver(moi la première j’ai eu du mal) mais l’automne/hiver est le meilleur moment pour s’inscrire à la salle de sport ou pour reprendre le fitness à domicile. J’ai choisi pour ma part la salle de sport et j’y vais accompagnée, c’est beaucoup plus motivant. Et en plus ça m’a permis de rencontrer de nouvelles personnes, banco! (si ça vous intéresse je vais faire un article sur ma routine de sport qui, honnêtement, me sculpte un corps de plus en plus canon 😉 ). Adepte de la course à pied, j’ai investi dans du bon matériel résistant au froid, notamment un blouson de sport chaud et respirant (H&M, pas cher et plutôt bien pensé pour la course à pied), un bandeau protège-oreilles et des gants (et puis il faut bien admettre que ça me motive de courir avec des vêtements et accessoires neufs).

  • L’alimentation

Ce n’est pas parce que c’est l’hiver qu’il faut manger deux fois plus. Sauf si vous travaillez en extérieur, le corps n’a pas besoin de plus d’énergie que pendant les autres saisons. Par contre certains produits peuvent être consommés sans modération grâce à leurs vertus positives pour notre corps.
Testez les supers-aliments : pour ma part je consomme quotidiennement au petit déjeuner des baies de Goji et des graines de Chia. Riches en nutriments, oligo-éléments et vitamines, ces aliments 100% naturels n’apportent que des bonnes choses et me permettent de booster  mon métabolisme dès le réveil.  En plus j’aime bien découvrir de nouveaux aliments, ça tombe bien!
–    Faites le plein de vitamines C en consommant et abusant des oranges, clémentines et autres mandarines de saison. Cette vitamine est indispensable en hiver puisqu’elle assure le bon fonctionnement de notre système immunitaire (véritable anti-« coup de pompe » elle nous aide, entre autre, à résister aux infections qui prolifèrent en période de froid).

  • Les compléments alimentaires naturels

Si les fruits bourrés de vitamines ne suffisent pas, vous pouvez tester les compléments. L’année dernière à la même époque ma prof de yoga (qui avait senti mon coup de mou traditionnel de fin d’année et mon stress pré-examens) m’avait conseillé la Propolis. Prises sous forme de cure de un mois, les propriétés anti-infectieuses, antibiotiques et anti-inflammatoires naturelles de la Propolis se sont révélées particulièrement efficaces. Et j’ai réitéré ma cure cette année quand le froid est arrivé. J’ignore si tout cela est lié, mais je n’ai pour l’instant pas été malade depuis la rentrée 🙂
J’ai également entendu beaucoup de bien de la Spiruline dont l’apport énergétique s’avère excellent pour le bon fonctionnement du système immunitaire. J’avoue ne pas avoir encore testé, si vous connaissez n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et comment vous la consommé !

  • Être bien dans sa tête!

Là est le nerf de la guerre, si le moral ne va pas, rien ne va. Avant tout je vous dirais de bien dormir : mieux vaut se coucher un peu plus tôt et de profiter au maximum des premiers rayons du matin. Mine de rien ça aide déjà pas mal. De manière plus générale, savourez les moments au soleil ou à la lumière du jour.

Autre astuce, pratiquer la méditation/relaxation s’avère être un bon moyen (pour moi en tout cas) d’évacuer toute les mauvaises idées et tensions de la semaine.

Et bien sur, profiter aussi des long dimanche pour se détendre, regarder un bon film avec un thé brûlant et un fondant au chocolat bien réconfortant est aussi la clé d’un moral au beau fixe.

Vous pouvez aussi, sur le modèle des 3 kifs par jour (de la psychologue spécialisée dans la science du bonheur Florence Servan-Schreiber) partager vos pensées positives sur les réseaux sociaux avec le chouette défi gratitude lancé par le blog Biobeaubon #mondefigratitude

J’espère que ces petites astuces pourront vous aider. En tout cas sur moi elles ont été efficaces. Si vous en avez d’autres à partager, je serais ravie de les mettre en pratiques!