Mes coups de cœur du moment sur Netflix

Hello la compagnie,

Aujourd’hui je plaide coupable, j’ai pêcher. J’ai binge-watché. Sévère. Mais sur des séries de qualité, disponible sur Netflix (mon amour vous le savez). Si vous êtes à la recherche d’une bonne série, les trois que je vais vous proposer son à envisager. Très différentes les unes des autres je suis sûre que vous y trouverez votre compte (sauf si vous les connaissez déjà, alors là je sers plus à rien).

The crown

Affiche

Le pitch officiel : La série se concentre sur la Reine Elizabeth II, alors âgée de 25 ans et confrontée à la tâche démesurée de diriger la plus célèbre monarchie du monde tout en nouant des relations avec le légendaire premier ministre Sir Winston Churchill. L’empire britannique est en déclin, le monde politique en désarroi… une jeune femme monte alors sur le trône, à l’aube d’une nouvelle ère.

Mon avis ? série événement du mois de novembre, j’ai regardé les 10 épisodes en 3 jours tellement j’ai accroché. Cette première saison se consacre aux premières années de règne de notre chère Elizabeth, traite de ses doutes quant à son rôle de  Reine, de femme et même de sœur. Les décors sont parfaits et les reconstitutions historiques spectaculaires. On y découvre un Winston Churchill paternel fidèle à sa réputation d’homme de caractère et émouvant puisque l’on assiste à ses dernières heures d’homme de pouvoir. J’y ai découvert des relations complexes entre Elizabeth et son mari, mais également avec sa sœur. Des pans de l’histoire que j’ignorais totalement. Le tout parfaitement rythmé, en ne s’y ennuie pas

Black Mirror


Le pitch officiel : Chaque épisode de cette anthologie montre la dépendance des hommes vis-à-vis de tout ce qui a un écran…

Mon avis ? pour cette série, le binge-watching n’est pas l’idéal. Voir même déconseillé. Pourquoi? Chaque épisode est un coup de poing et se déguste comme un petit bonbon. Charlie Brooker, le réalisateur et scénariste, nous livre une série critique sur l’influence et les dangers de la technologie, non pas à cause de la technologie elle-même, mais de l’utilisation qu’en a fait l’Homme. Chaque épisode développe une intrigue ingénieuse, avec ses personnages spécifiques dans un futur proche du nôtre. Toutes les histoires sont  dérangeantes et bouleversantes, nous pousse à se questionner sur notre rapport aux technologies. Je ne m’attendais pas à être aussi étonnée et fascinée par cette série à ne manquer sous aucun prétexte (ne vous arrêtez pas au premier épisode, qui est loin d’être le meilleur).

Peaky Blinders

Affiche

Le pitch officiel : En 1919, à Birmingham, soldats, révolutionnaires politiques et criminels combattent pour se faire une place dans le paysage industriel de l’après-Guerre. Le Parlement s’attend à une violente révolte, et Winston Churchill mobilise des forces spéciales pour contenir les menaces. La famille Shelby compte parmi les membres les plus redoutables. Surnommés les « Peaky Blinders » par rapport à leur utilisation de lames de rasoir cachées dans leurs casquettes, ils tirent principalement leur argent de paris et de vol. Tommy Shelby, le plus dangereux de tous, va devoir faire face à l’arrivée de Campbell, un impitoyable chef de la police qui a pour mission de nettoyer la ville. Ne doit-il pas se méfier tout autant la ravissante Grace Burgess ? Fraîchement installée dans le voisinage, celle-ci semble cacher un mystérieux passé et un dangereux secret.

Mon avis ? Les décors et les lieux de tournages sont magnifiques, la bande-son est rock’n’roll et un scénario en béton sont les ingrédients de cette série qui nous rend immédiatement accros. L’acteur, Cillian Murphy, apporte une profondeur et un charisme au personnage de Thomas Shelby, à tel point qu’on en vient à admirer ce dernier, malgré sa personnalité peu avenante dans un premier temps. Ce qui fait la force de cette série c’est son ambiance et son intrigue pleine de rebondissements et parfaitement ficelée. J’ai déjà dévoré les deux premières saisons. Du grand spectacle digne des plus grands films de gangsters !

  • J’ai eu aussi quelques déceptions sur Netflix, en particulier la série « Reign » sur la reine Marie Stuart d’Écosse que j’ai trouvé extrêmement mauvaise, invraisemblable d’un point de vue historique et  complètement clichée… Un véritable teen-movie qui nous raconte l’histoire de France et d’Écosse à la sauce américaine.

J’espère avoir pu vous faire découvrir de nouvelles séries et qu’elles vous plairont tout autant qu’elles m’ont plu.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s