L’uniforme de la coureuse en automne

Bonjour à tous !

Ça y est, le mauvais temps et le froid sont définitivement de retour. L’année dernière je vous avait donné quelques conseils pour courir par temps froid, et cette année je ne vais pas vous refaire le même article, mais plutôt une sélection de l’uniforme parfait (selon moi). Car oui, l’arrivée d’une nouvelle saison est une excellente excuse pour se faire une nouvelle garde-robe… de sport oui oui oui !

Bon, on notera une certaine constante niveau couleur, le noir est un de mes basiques, tout comme mes tenues de « civile ». J’ai essayé de varier les marques, moi qui suit une inconditionnelle du couple Décathlon-Nike. Mais force est d’admettre qu’ils sont très fort chez Décathlon, et lorsqu’on n’est pas prêt à mettre une fortune en tenue de sport, leurs produits restent d’excellente qualité.

running_automne

Au menu :

1 – Des écouteurs sans fil bien pratiques de la marque Sony

2 – Haut de running à manche longue, parce qu’il fait froid mine de rien. Nike

3 – Une brassière spécialement dédié à la course à pied, indispensable pour ne pas souffrir de la poitrine (et ce, été comme hiver) de l’excellente marque Shock Absorber

4 – Une magnifique veste de running de chez nike (hors de prix, alors je vous propose aussi celle-ci)

5 – L’inévitable brassard à smartphone pour calculer nos performances, ici de la marque Kalenji

6 – Un legging long, pas encore trop chaud pour la saison, stylé et qui, point non négligeable, fait de jolies fesses trouvé sur le site web de Lorna Jane

7 – Des gants, mais ça c’est par ce que je suis frileuse des mains… trouvés chez Décathlon

8 – Un tracker d’activité Fit Bit Charge 2, que j’ai mis sur ma liste de noël en priorité!

9 – Des chaussettes dédiées au sport et à la course à pied, vous verrez ça fait toute la différence niveau confort par rapport à des chaussettes basiques 😉

10 & 11 – Des baskets Nike (parce que ce sont mes préférés niveau confort) Air Zoom Pegasus 33 Shield, modèle que je veux absolument tester (mais j’attends les soldes ahahah)

Je n’en ai pas mis sur la liste parce que je n’en ressens pas vraiment le besoin en ce moment, mais un cache-oreille/bonnet ou encore des jambières peuvent être ajoutées à la panoplie pour plus de chaleur !

Et vous quelles sont vos shoppings sportifs en prévision?

Comment éviter et soigner ses courbatures ?

Hellooo !

Je reconnais que j’aime (modérément) avoir des courbatures car pour moi cela signifie que ma séance de sport a été bien efficace ! (même si cela ne veut rien dire, entendons nous bien) .

eviter-soigner-courbatures
Source photo : Pexels

Déjà, c’est quoi une courbature?

D’après Saint Wikipedia, l’origine et le fonctionnement de ces douleurs musculaires gardent leur part de mystère. il semblerait tout de même que ces douleurs ont pour « origine des microtraumatismes au niveau des muscles et tendons, provocant des lésions à très petite échelle« . Ainsi, quand on fait subir à nos muscles un effort musculaire inhabituel, intense ou faisant suite à une période de repos (de type après les vacances ou après une blessure), les courbatures se font ressentir. Les causes sont les suivantes :

  • des petits épanchements de sang provoqués par rupture des capillaires sanguins ;
  • des micro-traumatismes entraînant une lyse des cellules musculaires.

Bon, rassurons-nous, avoir des courbatures n’est pas particulièrement dangereux, cela dit, elles peuvent être décourageante lorsqu’elles sont trop douloureuses. Mes fesses se souviennent encore de la première fois que j’ai fait de BBG de Kayla Itsines, tellement motivée que j’ai tout donné sur cette séance, pour ne reprendre que … 1 mois plus tard. Le lendemain, les courbatures étaient tellement fortes que je ne voulais plus jamais faire ce programme.

Mais alors, comment faire pour éviter ces fameuses courbatures?

  • Avant l’effort :

– Déjà, on s’hydrate correctement. Vous le verrez par la suite, mais boire en quantité suffisante va être le maitre mot de ce post.

– Avant de commencer sérieusement sa séance et entrer dans le vif du sujet, pensez toujours à vous échauffer. Sur ce point, les études scientifiques divergent et il semblerait que l’échauffement ne réduirait pas significativement les courbatures. Mais je le mets quand même dans la liste car l’échauffement demeure indispensable pour éviter les blessures!

  • Pendant l’effort :

– On modère ses efforts en fonction de son entraînement. Cela semble évident, mais n’allez donc pas courir 12km d’une traite si vous avez commencé la course à pied la semaine dernière. On adapte son effort en fonction de son niveau et on augmente PROGRESSIVEMENT (ouais ouais, je mets des majuscules) son intensité.

– S’hydrater, avec de l’eau, encore, toujours… N’attendez donc pas d’avoir soif pour boire, il serait déjà trop tard.

  • Après l’effort

Plusieurs méthodes existent, pour ma part je n’utilise que des méthodes douces et naturelles. Je ne vous parlerais donc pas de l’électro-stimulation ou encore de la cryothérapie (d’autres blogueuses vous en parleront beaucoup mieux que moi ici, ou encore par-là)

la chaleur favorise la récupération physique puisqu’elle crée une augmentation de la taille des vaisseaux sanguins (en terme plus scientifique une dira une vasodilatation) qui facilitera les échanges cellulaires. Plutôt très agréables, plusieurs moyens permettent d’obtenir cet effet  : bain chaud, sauna, crème chauffante …

– Un peu moins agréable (pour moi en tout cas) : le froid ! Il semblerait qu’immerger les membres sollicités quelques minutes dans de l’eau très froide après l’effort diminuerait significativement. Autant vous le dire, je suis beaucoup trop frileuse pour ça!! mais de grands sportifs vantent les mérites de cette méthode.

– … S’hydrater, et oui ! Après une séance on continue de boire de l’eau parce que l’eau c’est la vie 😉

– La récupération active : mieux que le repos total, le lendemain d’une grosse séance du type « jesaisquejevaisdouillerdemain » je vous conseille d’aller faire un petit running ou une petite sortie de vélo à allure lente histoire de ré-oxygéner vos muscles et éliminer les toxines. Pour l’avoir testé ce week-end, je vous assure que ça marche ! Cette petite séance peut être faite juste après votre effort physique intense ou le lendemain.

– Une autre méthode plutôt agréable (vous voyez, parler de courbature n’est pas que synonyme de souffrance), le massage. Masser une zone de son corps permet de faciliter le drainage et donc d’aider à l’élimination des déchets issus du travail cellulaire. Cela peut être fait chez un kiné, mais vous pouvez également pratiquer l’auto-massage (dont je vous parlais ici, avec mon huile fétiche à l’arnica.

 

J’espère que ces conseils vous seront utiles lors de vos prochaines séances sportives !

N’hésitez pas à me partager vos méthodes pour éviter les courbatures !

Récupérer après un 10km

Bonjour à tous,

Nouvel article sportif pour faire suite à celui sur mon premier 10km officiel. Alors oui, pour certains, 10 km c’est facile et ce n’est pas une longue distance. Mais tout est une question de point de vue et surtout d’entrainement, malgré tout, la course à pied reste un sport très violent pour les articulations et il est nécessaire de traiter son corps avec bienveillance pour qu’il nous le rende bien.

La récupération est indispensable autant pour la forme que pour l’esprit.

la-recuperation-running

J’ai glané ici et là , toutes sortes de conseils afin de rendre la période post course la plus agréable possible et pour faire prolonger l’immense fierté de la journée.

Alors, concrètement, comment bien récupérer?

Immédiatement après la course

  • Couvrez-vous ! Il ne faudrait pas tomber malade avec l’humidité provoquée par votre transpiration.
  • Le plus important demeure l’HYDRATATION. C’est une étape indispensable pour l’élimination des toxines et la récupération musculaire.
  • Ensuite, le stretching. Étirer les muscle sollicités pendant l’effort est indispensable pour le retour au calme. Par contre, juste après la course on fait ça doucement, pas comme une brute au risque de se froisser un muscle.
  • Concernant l’alimentation, il faut récupérer l’énergie dépensée par de bons sucres  histoire de remettre du carburant dans notre formidable machine qu’est le corps humain. Lors de ma course, un stand rempli de gâteaux, bonbons et fruits  était à disposition des coureurs. Je me suis contentée de quelques amandes et empiffrée de pastèque.

=> Maintenant, c’est le moment de te la péter avec ta médaille (pas comme moi) et de raconter ta course à tout le monde 🙂

Pour le reste de la journée et de la semaine :

  • weleda_imoplarge
    La best

    Côté bien-être, j’ai effectué le soir de ma course un bon et long automassage de mes jambes avec mon huile favorite à l’arnica de la marque Weleda. Je l’utilise dès qu’une petite douleur musculaire ou articulaire se fait ressentir et ses bienfaits sont immédiats ! je l’utilise également pour le plaisir de l’odeur, ne nous cachons pas 😉

  • On poursuit une alimentation équilibrée, on mange des protéines de qualité, des glucides, on fait le plein de minéraux, d’acides gras et de fruits frais riches en vitamines. Et oui, on le sait sans doute tous, mais l’alimentation est l’alliée principale de notre corps humain.
  • Pour finir la journée, on s’offre un bon sommeil. Idéal pour le relâchement musculaire, dormir suffisamment est indispensable pour la performance sportive et à la lutte contre les blessures.

Et après ?

On dit qu’il faut environ trois jours de repos pour se remettre d’un 10 km, j’ai pour ma part profité d’une récupération active puisque je suis allée à la salle de sport dès le lendemain histoire de profiter des cours de stretching et de me dégourdir avec un peu de vélo. Si vous ne vous sentez pas de faire ça, pas de panique et reposez-vous, c’est que vous en avez besoin 😉

Je n’ai jamais testé tout ce qui est chaussette de compression ou encore les boissons post effort. Vous connaissez? Vous avez d’autres astuces pour la récupération?

Courir son premier 10 km officiel

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, retour sur ma première course à pied officielle. Il s’agissait d’une petite course de province entièrement féminine organisée pour soutenir des associations qui viennent en aide aux enfants hospitalisés, appelée Femmes de Cœur.

Inscrite un peu par hasard depuis déjà un moment, je l’avais choisie parce que c’était une course d’une distance de 9,6km dans une ville juste à coté de ma famille. Et pour être parfaitement honnête avec vous, j’avais complètement zappé mon inscription à 3 semaines avant le départ. Autant vous dire que je n’ai absolument pas eu le temps de me préparer un programme d’entrainement en vue de ces – presque – 10km. Heureusement, je suis coureuse de longue date, et j’ai déjà eu l’occasion de courir cette distance toute seule dans mon coin. J’ai tout de même tenté de me préparer plus ou moins pendant ces 3 semaines histoire de remettre les compteurs à zéro après un été finalement pas si sportif. Pour cette préparation expresse, point de surmenage mais une pratique régulière, un jour sur deux, sur de courtes distances (entre 4 et 6 km) dont une fois par semaine une séance de fractionnés simplifiés.

J’avais pour seul objectif d’arriver sous la barre des 1h et c’est pas peu dire que je me suis mise une sacrée pression pour y arriver.

La veille

Honte à moi, j’avais un repas de famille, bien arrosé, bien alimenté, pas de pasta party pour moi ni de long sommeil réparateur.

La course

8h je me réveille en toute hâte pour pouvoir  prendre un petit dej’ de championne. La course n’est qu’à 11h mais je me connais, il me faut du temps pour digérer. Je commence à douter de moi, je sais que je n’ai pas été très sérieuse dans ma préparation.

Une fois devant le sas de départ, la fatigue et le stress laissent la place à l’excitation et j’ai hâte de démarrer. Bien que la course soit bon enfant et qu’une bonne partie des participantes allaient marcher, des coachs nous ont préparé un petit échauffement dans la bonne humeur. On nous explique qu’il s’agit de 3 boucles de 3,2km, que des stands de ravitaillements seraient à disposition régulièrement. Le top départ est tiré, tout le monde s’élance, et là, j’ai fait l’erreur que tous les débutants doivent faire… J’ai essayé de suivre quelqu’un devant moi. Et je m’en mords encore les doigts aujourd’hui. Si la première boucle s’est déroulée sans problème, j’ai vite compris que mon corps n’allait jamais suivre ce rythme beaucoup trop rapide pour moi. Mais j’ai persisté, parce que je suis têtue et pas très maligne. Au bout de 5km j’étais au bout de ma vie et j’ai été obligée de ralentir. Beaucoup ralentir. Je n’ai pas marché (je déteste, ça me fatigue plus qu’autre chose) mais disons que j’étais bien en deçà de ce dont j’étais capable.

Ces 5 derniers kilomètres n’ont pas été des plus agréables à courir, d’autant plus que le parcours était plutôt monotone. Malgré tout, des animations musicales installées pour l’occasion m’ont permis de trouver le temps moins long. Mention spéciale aux points de ravitaillements : j’ai souvent l’habitude de lire des témoignages déçus des « ravitos », ici, ils étaient tout à fait correct!

Une fois à l’arrivée et après avoir tout donné dans les derniers 500 m (et fait un petit sourire pour la photo de mon papa) j’ai attendu avec émotion que l’on me donne ma médaille. Déception, pas de médaille mais un sac de goodies (gel douches, déo…). Moi qui me rêvais déjà toute la journée avec ma médaille au cou… Mais à l’arrivée ce sont aussi les sourires de toutes ces femmes qui ont participé et/ou qui bénéficieront de cette journée, car oui il s’agissait avant tout d’une course associative et j’ai finalement bien vite oublié ma médaille. Quel plaisir de partager quelques mots avec ces inconnues et d’avoir partagé un moment d’effort intense toutes ensemble! c’est bien cela que je retiendrais de ma première course et j’en suis plutôt fière.

J’apprendrais deux jours plus tard que mon temps était de 51 min, ce que je trouve plutôt honorable. (Le grand mystère demeure mon application Nike Runing Club, qui m’indiquait une distance de 11km pour une durée de 1h05…)

Prochain objectif ?

Alors oui, malgré le parcours monotone et l’absence de médaille, j’ai adoré cette course et l’excitation que cela procure et qui donne envie de se surpasser. J’ai envie d’apprendre à courir plus vite (j’y travaille) mais pas forcément sur de plus longues distances. Je n’ambitionne pas de courir de marathon, ni même de semi marathon pour le moment. Par contre, j’aimerais me mettre au trail. J’apprécie beaucoup mes entrainements en forêt et je souhaite aller plus loin dans ce domaine. Malheureusement je n’ai pas l’occasion de rentrer souvent dans ma campagne, et je ne sais pas ou faire du trail dans Paris. Affaire à suivre, donc.

Un grand merci aux organisateurs de cette course, et, à l’année prochaine!

Routine sportive de la rentrée de 2016

Salut, salut  ❤

Me revoici après presque 10 mois d’absence pour un nouvel article. Je sais, toutes mes belles motivations se sont envolées, essentiellement par manque de temps et d’inspiration. Mais la rentrée est arrivée et les bonnes résolutions avec elle. J’espère (mais je ne voudrais pas être redondante et dire ça chaque année) que je vais me tenir à un bon rythme de publication cette année. J’ai plein d’idées d’articles que j’aimerais vous partager : sport, culture, féminisme, nouvelle vie de parisienne… sans pour autant m’éparpiller hum hum.

BREEEF, aujourd’hui je vous retrouve pour vous parler de ma routine de sport, un thème qui me tient à coeur et pour lequel je suis plutôt à l’aise puisqu’il s’agit de la seule chose constante dans ma vie.

Nike et ses motivation quotes

Je me suis inscrite dans une salle de sport depuis bientôt deux mois. Mes critères étaient simples, il fallait qu’elle soit très proche de mon domicile. Peu importe le prix. Car oui, je fais partie de ces personnes qui ne se motivent pas DU TOUT à bouger de leur canapé si la salle n’est pas située à moins de 500 mètres de chez moi. Pour le coup, la chance était de mon coté puisqu’une salle Keep Cool se trouve juste au bout de ma rue. Je n’ai donc pas hésité longtemps et j’ai signé cet été pour un abonnement d’un an (ce qui revient à un peu moins de 40 euros par mois, et les frais d’inscriptions étaient offert à ce moment là).

Keep Cool c’est quoi ? C’est un concept un peu différents des salles de sport traditionnelles, basé sur le slogan « le sport sans la frime ». Alors comme ça, ça sonne un cheap, mais c’est finalement plutôt chouette. Pas de miroirs, pas d’athlètes hypers stressants, des coachs plutôt détentes et pas de salle entièrement dédiée à la muscu pure (et donc pas de gars potentiellement entrain de pousser des cris bizarres au fond à droite de la salle). Attention, il s’agit vraiment d’une salle pour la remise en forme, et non pas pour la musculation et la technique très poussée. Moi ça me va bien, mais il faut bien faire à attention à ces aspects en fonction de ses objectifs personnels. En tout cas moi ça m’allait bien.

J’ai eu le droit à une séance de coaching gratuite dès ma 2ème séance, avec mesures de la taille, du poids, de la masse musculaire, du gras et tout un tas de choses qui me dépassent un peu. Le coach m’a concocté un programme que je n’ai, bien évidemment, suivit que 2 semaines. Je crois que les programmes c’est pas pour moi. Je fonctionne plutôt à l’instinct et en fonction de mes envies et ça m’empêche de suivre un programme précis. Cependant, j’observe un programme général que je vais tâcher de vous présenter :

L’échauffement

Elément IN-DI-SPEN-SABLE de tout début de séance. En effet, l’échauffement permet d’être dans un état optimal pour effectuer l’entrainement et éviter toute blessure malvenue. D’autant plus que ce n’est pas mes 200mètres de marche pour accéder à la salle qui peuvent faire office d’échauffement. Je commence toujours par 15 minutes de cardio : vélo, marche rapide ou encore rameur. Mon coach m’avait conseillé de commencer chaque séance par 100 calories de rameur (ce qui fait à peu près 8 minutes, et ce qui me semble un peu léger à mon goût).

Le cardio

Mon sport préféré c’est courir. J’aime courir et mais je déteste courir dans Paris. Vraiment. La pollution, les voitures qui te klaxonnent, les gars qui te sifflent et les escaliers à l’infini (Montmartre je t’aime mais pas quand je dois courir)… Ajoutons à cela l’hiver qui arrive et voilà que je n’ai plus du tout envie courir passé 19h. C’est pour pouvoir profiter des tapis de course que je me suis inscrite à la salle. Je sais que les puristes vont se sentir outragés mais moi j’aime ça. Et à chaque séance je cours environ 5 km (les plus longues distances je les réserve pour mes retours mensuels à la campagne).
Ah et petit tips : la course passe encore plus vite si je mets un bon programme TV (en ce moment je suis fan de Quotidien, le programme de Yan Barthès sur TMC 😉 )

Après ces 35-40 minutes de cardio, je vais profiter des cours vidéo plutôt variés produits par Keep Cool. Je vais en général un cours de HIIT ou de bootcamp, j’ai mes coachs préférés et je choisis le niveau difficile en général. Évidemment ce ne sont pas des cours d’aussi bonne qualité que ce produits par Les Mills mais c’est un bon complément.

Le renforcement

l’une de mes parties préférées de l’entrainement (après la course). Le renforcement musculaire est pour moi un élément indispensable à mon entrainement. D’une part parce que je suis coureuse et que cela permet d’améliorer ma tenue et mes performances et d’autre part parce que je reste persuadée que c’est la musculation qui permet de gainer mes muscles (et donc de me faire un body de rêve (dans mes rêves en tout cas)). Mais le renforcement sert avant tout à prévenir les blessures puisqu’il rend le corps plus tolérant face aux efforts et plus résistant face à la fatigue. En effet développer les muscles de son corps permet de répartir l’effort sur tous les corps et non pas de s’appuyer sur une seule zone, et donc à terme de la fragiliser.

Pour cela je vais de la musculation sur les quelques machines de bases qui sont disponibles : squats, fentes, pompes, mais aussi presse à cuisse, poulie haute et basse. Ces exercices sont faciles, néanmoins si vous ne les maitrisez pas, je vous déconseille de les faire sans explication préalable par un coach. Ils sont vraiment là pour ça 🙂

Sans oublier les fameux abdos !! Là encore je profites des cours vidéos disponibles, parce que pour cet exercice je sais que je ne me pousse jamais à fond toute seule (comment ça j’aime pas le gainage ? ? ahah ). J’essaye de privilégier au maximum le gainage et non pas les crunchs qui sont assez déconseillés pour les femmes si on ne les effectue pas à la perfection. En l’absence d’un coach à mes côtés j’en fais donc le moins possible, et mon périnée me remerciera dans l’avenir.

Résultats : assidue depuis deux mois, force est d’admettre que je vois clairement de beaux résultats physiques – peau tonique, fessier bien galbé et bras affinés (mon complexe principal) – mais également sur mon sommeil et mon alimentation en général. Avec un minimum de 4 séances par semaine je n’en attendais pas moins !

Bien sûr je n’abandonne pas l’extérieur, comme je le mentionnais plus haut chaque retour à la campagne 1 fois par mois est l’occasion de faire une longue sortie de running. De plus, j’ai pris mon abonnement annuel de vélib’ et j’en profite au maximum – mais je vous en reparlerais bientôt.

Et vous quelle est votre routine sportive du moment ?

Courrir par temps froid

Holà !!

Ça y est, c’est définitivement officiel, l’hiver et ses températures en dessous de zéro sont installés. Le point positif c’est que les commentaires du type « y’a p’us d’saison » vont enfin cesser mais le point très négatif c’est que ça ne motive pas du tout à courir en extérieur. Voici mes petites astuces pour faciliter la courses en extérieur lorsqu’il fait froid et quelques conseils pour éviter les accidents sportifs.

        L’équipement est l’élément central pour pouvoir bien courir en hiver. Certes les séances dans le froid font perdre plus de graisses que lorsque les températures sont douces. Mais ce n’est pas pour autant qu’on prendre le risque de perdre un membre à cause du froid. La technique de l’oignon est le meilleur moyen d’être à l’aise : 3 couches c’est l’idéal, mais il faut veiller à utiliser des tissus dits « respirant » qui évitent de retenir la transpiration et de finir trempé au bout de 15 minutes. Concrètement, le mieux c’est d’avoir donc un tee-shirt transpirant et près du corps, un veste chaude pour retenir la chaleur et un manteau protecteur, plus léger, qui permettra de protéger du vent ou de la pluie et qui pourra facilement être ouvert.

Bien sur un leggings long et épais (mais pas trop, pour ne pas non plus mourir de chaud, il fait pas -15° non plus) est indispensable. Mais surtout il faut impérativement couvrir ses extrémités avec des gants, un bandeau/bonnet pour couvrir la tête et les oreilles et un tour du cou.

Aussi, si vous courrez la nuit, ce qui est vite arrivé en hiver, il faut toujours veiller à rester visible des automobilistes et autres personnes via des bandes réfléchissantes et/ou de lampes. Un accident est si vite arrivé !

           Avant la séance: il est très important de bien s’échauffer dans un environnement chaud. Cette étape est très importante, car solliciter trop vite un muscle froid est le meilleur moyen de se blesser.

           Pendant la séance : Ce n’est pas parce qu’il fait froid que l’on transpire moins et qu’il faut ignorer l’hydratation! Au contraire, c’est tout aussi important puisque l’hiver implique souvent un climat sec et desséchant. Il faut toujours boire de l’eau avant et après sa séance (voir pendant si la sortie dure plus de 60 minutes) même si la sensation de soif est moins importante qu’en été.

Idem, si la sortie est longue et parce que par temps froid le corps se dépense beaucoup plus, toujours prendre quelque chose à manger (page de fruit, fruits sec, sucre) pour apporter de l’énergie. Par temps froid le corps dépense beaucoup plus.

Faites également attention au gel sur le sol, le risque de chute est décuplé et il serait dommage de stopper le sport à cause d’une jambe cassé.

            La fin de séance : C’est le moment le plus délicat car c’est là que l’on se rend compte si le tee-shirt en tissus respirant est réellement efficace. Si non, vos vêtements seront trempés et le mieux sera de rentrer chez soi très rapidement sous peine de mourir de froid. Bref, juste après votre run, les chances d’hypothermie et d’attraper un rhume sont décuplées. Dès que vous êtes chez vous, prenez vite une douche chaude et hydratez vous. Une fois au sec et au chaud vous pourrez ensuite vous étirer (dernière étape, encore une fois, indispensable).

Pour ma part, je n’ai pas fait de dépenses excessives pour mon équipement d’hiver. Décathlon et sa marque Kalenji sont mes meilleurs amis. Leur tissus techniques sont très bons et peu onéreux idéal pour une pauvre étudiante comme moi : textiles techniques, gants, accessoires et collants de qualité sont accessibles pour des prix mini !

Je cours la majorité du temps accompagnée. C’est à la fois rassurant et motivant puisque si la volonté n’est pas là, j’ai toujours quelqu’un pour me stimuler et m’encourager (même si cette personne m’accompagne en vélo^^)

J’espère que ces conseil vous seront utiles ! Je suis curieuse de connaitre vos astuces de course par temps froid !

 

4ec91d2d62586dfdba194b4523254bc3

Boire du citron chaque matin : La bonne résolution hebdomadaire #1

 

8b737958581d52f713044662b032ba2b
joli visuel trouvé ici

Bien le bonjour à tous !

Aujourd’hui c’est lundi et pour bien démarrer la semaine j’ai envie de mettre en place un nouveau concept hebdomadaire sur ce blog. Après mon article sur mes bonnes résolutions pour 2016 j’ai rapidement vu qu’elles seraient difficilement tenables si rien ne venait tout au long de l’année me rappeler ou m’inciter à les garder sur le long terme. Avoir une vie saine, voyager, me cultiver… sans stimulation au quotidien tout cela va vite tomber à l’eau.

Les bonnes résolution annuelles c’est bien, mais finalement

au bout de 3 semaines qui s’en soucis?

Tout en gardant ces objectifs en horizon, je propose de prendre chaque semaine une petite « résolution » toute simple qui me simplifiera ou améliorera mon quotidien par petite touche. Concrètement, pour ouvrir le premier épisode de cette série pour une année 2016 plus belle, j’ai décidé de boire chaque matin et à jeun un demi-citron pressé dans de l’eau tiède. Parait-il, ce simple geste peut révolutionner notre organisme. Doté de nombreuses vertus, le citron est bourré de vitamine C et d’antioxydants qui permettent de booster l’organisme et de l’immuniser au mieux pendant l’hiver. Mais surtout il permettrait d’améliorer visiblement l’état de la peau sur le long terme. Mais les bienfaits ne s’arrêtent pas là :

  • Nettoyage de la peau : naturellement antiseptique, la vitamine C aide à réduire les imperfections ainsi que les points noirs et permet d’éclaircir la peau (Attention, je ne conseille pas d’utiliser le citron à même la peau car le jus de citron peut dessécher la peau  si on est exposé au soleil);
  • Bonne haleine : l’acide citrique contenu dans le citron aide à avoir les dents saines réduisant de ce fait les problèmes de gencives et donc les problèmes de mauvaise haleine.
  • Il permet d’éliminer les toxines et d’aider son organisme à la digestion en facilitant la fonctionnement du foie et l’estomac. Fini les nausées et les brûlures d’estomac.
  • Participe à la perte de poids grâce à la pectine qu’il contient et qui réduit la sensation de faim et à son action légèrement diurétique (action qui permet aussi d’éliminer les toxines)
  • Contribue à traiter les soucis de santé type rhume, grippe ou fièvre (ce qui est bien utile en ce moment…)

…. Tout un tas de bienfaits qu’il serait dommage de ne pas tester !

P1000629

Pour ma part, j’ai retrouvé chez moi un objet très pratique qui me permet en un seul geste de presser mon citron sans perdre de temps le matin. Facilement trouvable sur internet (ici par exemple, mais j’en ai vu de beaucoup moins chers également sur Amazon) je ne peux que conseiller ce petit gadget.

Je vous donne rendez-vous dans un mois pour vous faire part de mes conclusions sur les qualités observables de ce nouveau geste matinal!

Le citron chaud du matin : testé et approuvé ou geste inutile? j’attends vos retours d’expérience 🙂