5 choses qui me rapellent chaque jour que c’est bientôt Noël

Et qui m’éneeeeeeeervent !

Comme tout le monde j’adore Noël et j’adore me plonger dans cette ambiance douillette, rassurante et familiale. Pourtant j’ai l’impression qu’autour de moi tout ne tourne qu’autour de cette fête et me provoquent peu à peu une overdose de Noël. J’ai donc décidé de lister tous ces détails qui contrarient lorsque débarque le mois de décembre et les solutions que j’ai trouvé:

  1. Ma boite mail qui se remplie chaque jour d’une multitude de prix « imbattables » et d' »offres immanquables » à l’approche de Noël : Alors là j’ai décidé de faire un truc que je repoussais jusqu’alors, c’est à dire le désabonner de toutes les newsletters commerciales qui spamment quotidiennement ma boite mail. Pour l’instant j’en suis à pas moins de 30 demandes de désinscription et j’avoue que je suis pas peu fière d’avoir vaincu ma flemme !
  2. Mon compte en banque qui se vide beaucoup trop rapidement, et même pas pour mon bénéfice personnel 😦 : Dommage collatérale du point numéro 1 et de l’obligation familiale et amicale d’offrir des cadeaux, je doit admettre que pour ce point là je n’ai pas vraiment de solution. Si ce n’est le plaisir d’offrir (j’ai tellement hâte de voir mon neveux de 2 ans 1/2 ouvrir ses cadeaux les yeux pleins d’étoile ).  J’espère quand même que je recevrai tout autant de cadeaux que j’en ai offert… hihi
  3. La multiplication de vidéos « Vlogmas » sur Youtube  : Je suis un grosse fan de youtube, que ce soit des vidéos sérieuses, d’humour, de beauté, ou scientifiques, je suis bon public. Mais sérieux, ce concept de calendrier de l’avent vidéo ça me gonfle! L’idée est originale mais est reprise par pleins de youtubeurs et, bien que leur travail quotidien soit admirable, j’en ai un peu marre de voir en suggestion toute ces vidéos qui ne racontent pas grand chose (sinon proposer des concours. D’où leur succès…). Je préfère la qualité à la quantité.
  4. Les températures se rapprochent de plus en plus de zéro, voir pire 😮 !!! : (et pourtant il parait que cette année il fait exceptionnellement chaud en plus…)  Là je regrette forcément ma vie d’étudiante à Aix en Provence, j’avais oublié que la vie dans le Nord c’est le pôle Nord... Du coup j’allume mes belles bougies parfumées de Noël et je m’emmitoufle dans mes plus beaux pyjamas en polaire.
  5. Ma gourmandise est au maximum de sa forme : Comment résister à toutes ces recettes fromagères et crémeuses ou chocolatées et fondantes qui pullulent sur internet et dont les photos me font rêver. mmhhh rien que d’y penser j’ai déjà faim !

Et vous, vous êtes aussi contrariés par certains détails à l’approche de Noël ?

IMG_1648
Un thé, une bougie, et tout va pour le mieux!

Mes lectures du mois dernier – Épisode 1

P1000161
lectures du mois dernier et à venir…

Holà!

            Aujourd’hui j’aimerais vous parler des mes dernières lectures. Lectrice assidue depuis toujours, j’avais, au profit de mes études et des lectures imposées, quelque peu délaissé cette activité. Depuis quelques mois(et l’obtention de mon diplôme final !) j’y ai repris goût et je prends le temps de lire et de découvrir de nouveaux auteurs qui me faisaient envie depuis de nombreuses années.

  • Réparer les vivants, Maylis de Kerangal

P1000169
Ma note : 9/10

Offert pour mon anniversaire depuis quelque temps déjà, je l’ai littéralement dévoré. Ce livre est tellement poignant que j’ai eu l’impression de rester en apnée pendant toute la durée du récit. L’histoire? 24h dans la vie de personnes, parents, amis, professionnels de la santé, donneurs qui s’entrecroisent autour de la transplantation cardiaque d’un jeune homme en mort clinique. L’auteure, Maylis de Kerangal, prend son temps, puis, soudainement le rythme s’accélère et nous fait vibrer et fait transparaître les sentiments et la douleur de ses personnages sans en faire trop. La symbolique du cœur, au-delà de sa fonction organique, est parfaitement maîtrisée et ne dessert absolument pas le récit. L’histoire ne tombe pas dans le sentimental et le larmoyant. Un livre puissant que je vous conseille, tant par la force de son histoire que pour la maîtrise d’écrire de l’auteure.

  • Bye bye blondie, Virginie Despentes

P1000166
Ma note : 8/10

Mon premier livre de Despentes. Je ne sais pas pourquoi, mais j’avais pas mal d’appréhensions vis-à-vis d’elle. Son univers extrême et provocateur me faisait un peu peur. Pourtant, j’ai savouré la lecture de cette très belle, et atypique, histoire d’amour. Punkette des années 80 dont le mal-être va la conduire vers sa propre destruction et inévitablement vers l’hôpital psychiatrique, Gloria retrouve vingt ans plus tard le seul homme qu’elle aimait et qui arrivait à canaliser sa colère. Au cœur de l’univers punk crade des années 80 puis, vingt ans plus tard, propulsée dans le monde d’apparence et de paillettes de la télé, on souffre avec l’héroïne et on souhaite son apaisement. Le mal-être viscérale et la colère qu’elle ressent est particulièrement bien décrit par l’auteure, son style particulier et sans hésitation, parfois drôle et surtout sincère, m’a beaucoup touché. J’ai d’ailleurs prévu dans mes prochaines lectures son fameux « King Kong Théorie ».
J’ai cru comprendre qu’un film avait été adapté du livre, j’ai pas mal envie de le voir.

  • Petites Recettes de bonheur pour les temps difficiles, Suzanne Hayes et Loretta Nyhan

P1000165
Ma note : 6,5/10

Le pitch: l’histoire se passe aux États-Unis dans les années 40. « Glory, enceinte et déjà mère d’un petit garçon, souffre de l’absence de son mari, parti au front, de l’autre côté de l’Atlantique. À des centaines de kilomètres d’elle, Rita, femme et mère de soldat également, n’a pour compagnie que la fiancée de son fils. Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir »
Roman épistolaire écrit à quatre mains (apparemment écrit de manière épistolaire également) ce livre m’a fait énormément penser au Cercle littéraire des amateurs d’épluchures de patates (de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows). On s’attache énormément aux deux héroïnes Rita et Glory dont les sujets de conversation évoquent aussi bien des astuces de cuisine, la solitude, les conseils de jardinage et la tristesse que les aléas de la guerre provoquent inévitablement. Roman feel good, touchant et plutôt agréable à lire, il m’a permis d’en savoir un peu plus sur la vie quotidienne des épouses de soldats américains pendant la guerre.
J’ai lu ce livre dans le contexte du club de lecture mis en place par Victoria, rédactrice de l’excellent blog Mango & Salt. J’apprécie énormément l’ambiance de son club de lecture (en particulier sur Facebook), mine d’or de conseils de lectures (et ma pile de livres de cesse d’augmenter à cause grâce aux conseils des nombreuses participantes). Il me permet aussi de sortir de ma zone de confort puisque le second livre proposé (mettre la référence) était un polar et, alors je ne lis JAMAIS ce genre, je me surprends à apprécier cette lecture… affaire à suivre.


Sinon, je me suis offerte il y a une semaine une kindle et c’est la révélation. Déjà que j’aimais bien lire, mais alors là je crois que je vais devenir boulimique de lecture. En ce moment je me suis attelé au monumental Outlander de Diana Gabaldon encensé par une très bonne amie et par les membres du club de lecture M&S. J’ai finalement cédé à la tentation :). Pour ceux du fonds qui ne connaissent pas encore, l’histoire débute après la 2nd guerre mondiale et suit l’histoire d’une femme mariée qui se retrouve propulsée dans l’Écosse du 18e siècle. Point de départ d’une véritable épopée en plein cœur des Highlands j’étais un peu sceptique quand à ce livre. Mon bilan de mi-parcours reste toujours mitigé. Le récit se lit tout seul mais je tique sur plein de détails (anachronisme de langage(peut-être à cause de la traduction?), héroïne qui accepte un peu trop facilement la situation) qui m’empêche de savourer pleinement ma lecture.
Je vous en ferais sans doute une revue, lors du deuxième épisode de mes lectures mensuelles.

Et vous, quelles étaient vos lectures du mois dernier?

De la difficulté à bloguer

167b62fc19400a7abe7074852a7e3c93
Ou quand je comprends qu’inconsciemment j’ai parfaitement choisi le nom de mon blog

Près de deux mois viennent de s’écouler entre mon premier post et celui-ci. C’est pas avec ce rythme que je vais devenir une blagueuse populaire… Heureusement que ce n’est pas l’objectif. Pourtant, du temps, j’en ai suffisamment. Au chômage depuis septembre, je pensais que me consacrer à un blog serait une activité stimulante et enrichissante pour laquelle je pourrais m’y consacrer pendant des heures. Mais la réalité m’a vite rattrapé et je me suis rendu compte que la recherche d’emploi n’était pas synonyme d’absence d’activité. Au contraire, c’est particulièrement chronophage (et stressant). Enfin bref, je ne vais pas mettre sur le dos de mon chômage mon absence d’activité.
Non, en fait je crois que j’ai été trop optimiste face à mes capacités. Le jour même de la création de mon blog, j’ai fait une petite liste (longue comme mon bras) des articles que je voulais rédiger. Je les ai tous commencés. Le même jour, oui oui. Je me suis éparpillée et je n’ai rien achevé, puis j’ai abandonné. ÉCHEC. Il y a quelques jours j’ai voulu reprendre. Je me suis retrouvée dans l’incapacité d’écrire comme je le souhaite, de mettre des mots sur ce que je pense. Pourtant, j’aime écrire, cela a toujours été un plaisir et je pensais (prétentieusement) que ma prose pour ce blog serait innée. Pourtant je suis certaine que bloguer est une activité qui pourrait me plaire. Moi-même lectrice assidue d’un bon nombre de blogs j’aime à répondre anonymement et donner mon avis sur des sujets aussi divers que le nombre impressionnant de blogs le permet.
Alors j’ai fait mes recherches, et j’ai rapidement constaté que ce qu’il me manque n’est pas le talent ou la motivation mais bel et bien la méthodologie. Les techniques pullulent sur internet et j’en ai déduits 3 conseils fondamentaux qu’il faudrait, si j’étais parfaite, que j’applique dès aujourd’hui.

  • Conseil n°1 :  S’astreindre à un rythme

On dit toujours qu’une habitude se fait en 21 jours, encore faut il que pendant ces 21 jours on pratique cette nouvelle habitude. En m’imposant chaque soir 1h ou 2h d’écriture, ce mois-ci va marquer le début d’une nouvelle habitude!

  • Conseil n°2 : Ordonner et planifier ses idées

Anticiper les articles semble être une bonne idée, en cas de panne d’inspiration. J’ai déjà un carnet « idées d’articles » remplis. Ce qui est plutôt utile parce que j’ai une grosse tendance à oublier toutes mes idées dans la minute qui suit… Mais là où j’ai échoué, c’est au moment de les rédiger puisque, dans l’euphorie je me suis éparpillée et je n’ai rien terminé. L’astuce est de créer un petit planning permettant d’organiser et d’avoir une vue d’ensemble des futurs articles à terminer.

  • Conseil n°3 : Prendre du plaisir, TOUJOURS

La notion de plaisir est la grande oubliée de tous ces conseils prodigués sur internet. Bien que cette liste semble contraignante, j’aime écrire, j’aime partager mes idées.  Profiter de cette merveilleuse plateforme qu’offre internet m’apparaît comme le parfait compromis. Il faut parfois surmonter la flemme et le soi-disant « manque de temps »

 

Alors voilà, je persiste une dernière fois et officialise par la même occasion mon arrivée dans le milieu de la blogosphère !

Je vous dis à très bientôt !

Et vous, vous quelles sont vos astuces pour trouver la motivation, l’inspiration et le temps de bloguer?

Healthy, mais à quel prix?

Ceci n'est pas tout à fait vrai   Ceci n’est pas tout à fait vrai

Hier, je me suis pesée, verdict, 4 kilos en deux mois. Le drame. Pourtant ces derniers temps je fais beaucoup plus de sport, je mange plutôt sain et j’ai considérablement ralentie ma consommation de viande. Pourtant ces 4 kilos supplémentaires sont bien là. La faute à quoi? l’ennuie, l’immobilité et une petite déprime passagère peut être. Résultat de ce chiffre : une confiance en moi au plus bas (pas l’idéal alors que je suis en pleine recherche d’emploi), le moral dans les chaussettes et une motivation proche de zéro. Et les réseaux sociaux ne m’aident pas beaucoup, limite je culpabilise de ne pas être tous les jours à 200% motivée (alors qu’en plus j’ai « le temps » vue que je ne travaille pas). Vous n’êtes pas sans le savoir, en ce moment c’est la mode des fit girls : Kayla Itsines, Amanda Bisk ou encore Sonia Tlev, stars d’Instagram, sont les nouveaux canons de beauté. Des filles toujours fraîches au corps parfaitement musclé revendiquant une vie saine et sportive qui gagnent leur vie en vendant leurs programmes de fitness. Grâce à ce mouvement, les idéaux féminins actuels changent peu à peu. Alors que depuis les années 2000, la grande fille filiforme, les bras maigres, les os saillants et à la mine quelque peu maladive nous faisait rêver (ou tout du moins, faisait vendre), aujourd’hui les nouveaux modèles ont de beaux muscles dessinés, revendiquent un état d’esprit volontariste « Le pouvoir est entre tes mains » et mangent des légumes toute la journée.

Seriously ???
                          Seriously ???

C’est plutôt tentant de vouloir leur ressembler, d’autant plus que cela semble ouvert à tous et non pas à une catégorie de filles génétiquement chanceuses. Tout serait donc possible tant qu’on y met un peu du sien.
On parle maintenant de sport, de mode de vie healthy. On ne parle plus de régime, mais de rééquilibrage alimentaire, on ne parle plus d’être « mince » mais « tonique ». Y a t-il là vraiment une différence? On est toujours dans la quête d’un corps parfait et d’un idéal inaccessible. Ce que tous ces fitness gourous ne précisent pas c’est que chaque physique est différent, chaque pratique de sport est personnelle. Qu’avec une pratique et une alimentation identique les résultats dépendront de chaque morphologie.

Malgré tout on y croit et on est toujours tenté de prendre exemple sur elles. Et là c’est le début de la fin. On culpabilise pour chaque écart à ce mode de vie sain, pour chaque séance de sport qui n’a pas été efficace ou qui n’a pas eu lieu, on se compare en permanence et on contrôle chacun de nos faits et gestes. Enfin je dis « on », mais je parle bel et bien de moi. En plus ma mère m’a dit que la balance ne fonctionne pas bien. En plus, il parait que le muscle pèse plus lourd que le gras… (j’ai peut être un début de réponse à ces 4 kilos en trop qui me contrarient)
Tout tourne à l’obsession.

En écrivant cela noir sur blanc j’espère remettre un coup de boost à ma motivation qui, l’automne s’installant, s’est un peu envolée. Si j’ai commencé le sport c’était avant tout pour passer du bon temps, me changer les idées et décompresser. Si je fais attention à mon alimentation, c’est avant tout parce que ma mère m’a appris à manger sainement et qu’elle a une sensibilité écologique depuis toujours.

Note à moi même :
– Ne plus me laisser-aller et aller de l’avant. Ma situation personnelle n’est pas au top? fait tout ce qui est possible pour l’améliorer, ça prendra le temps qu’il faudra.
– Je suis trop grosse et bonne à rien en sport, bref je suis un cas perdu? FAUX, tu vas 3x par semaine à la salle de sport et tu fais 1 running par semaine également. C’est loin d’être nul, ALLO QUOI !

 Bon je suis peut être un peu trop vindicative à l’égard du healthy lifestyle tellement encensé dernièrement. Moi la première, j’adore suivre les comptes Instagram de cette communauté(tu noteras, cher lecteur, que je suis une grande adepte de ce réseau social).  Mais il faut garder en tête qu’ils sont un peu éloignés de la réalité.

Et vous, que pensez vous de ce mode de vie qui en fait rêver plus d’un?

Introduction Préliminaire

Ça y est, je fais mes premiers pas sur internet.

hihihi souvenir de mes vacances. les boules, ça fait super longtemps.
Hihihi souvenir de mes vacances à Acapulco. Les boules, ça fait super longtemps.

Je ne sais pas trop ou ce blog va me mener, toujours est il que je suis partie de la constatation que je m’ennuies. Que le retour chez mes parents, la recherche d’emploi et l’automne s’installant ne me donnent envie de rien, si ce n’est de mater Nexflix sous ma couette avec un thé brulant (oui il fait déjà froid là ou j’habite…). Enfin voila, pas vraiment de « ligne éditoriale » ni même d’aspiration de « blogueuse influente » en vue, juste l’envie de passez le temps, de poursuivre une activité et, qui sait, d’intéresser quelqu’un sur ce vaste monde qu’est internet.

Dans la vie j’aime lire, regarder des films et des documentaires alarmistes sur l’alimentation, le sport, surfer sur des blogs beauté et mode (même si mon style à moi ne vaut rien), me promener et voyager, perdre mon temps sur youtube, manger, boire du thé, le féminisme et lire des recherches scientifiques dont je ne saisis que la moitié du propos. J’imagine que tout cela va m’inspirer des articles. Moi à la base je voulais faire une blog « sport-healthy-lifestyle », mais bon, aujourd’hui j’ai terminé un paquet de chips, fait un gâteau aux pommes et sauté ma séance de running parce que j’avais la flemme. Pas vraiment sérieux tout ça.

En tout cas, si tu lis ces quelques mots, ou tout du moins les articles qui vont suivre, je t’invite à commenter, débattre, ou même changer de sujet quand bon te semble. Il me semble que c’est cela qui fait l’intérêt d’internet.

PS: je tâtonne. WordPress et les photos épurées sur fond blanc ne font pas encore partie de mon quotidien. Je te prie de m’en excuser.